Le domaine de Millon Son histoire

Le Domaine de Millon Son histoire

 

Résine de pin et vin de sable

Sylviculteurs installés à Millon depuis 1800, la famille Laboille-Moresmau a vécu du pin et de ce qui fut la richesse de « l’arbre d’or », la résine ou gemme.
Si le Domaine de Millon a eu une activité dominante de distillation de cette résine, il n’en demeure pas moins qu’il fut également un domaine agricole et vinicole jusqu’à la moitié du siècle dernier. « Le Clos de Millon » produisait du vin de sable, si caractéristique de la frange littorale de Lit-et-Mixe à Capbreton. Il existe encore actuellement tout le matériel de vinification qui ne demande qu’à reprendre du service.

De la térébenthine à l’hébergement touristique

Quelques photos et matériels d’un autre temps ont été sauvegardés pour témoigner de l’existence d’une distillerie de résine de pin jusqu’en 1977, année où la subvention agricole pour la récolte de la résine a été définitivement supprimée.
Pour mémoire, après distillation de la résine de pin, on obtient de la colophane et de l’essence de térébenthine, produits de base pour beaucoup d’emplois dans l’industrie chimique et qui, malheureusement sont importés aujourd’hui de pays dans lesquels le coût de la main-d’œuvre est nettement moindre.

Cette usine désaffectée, devenue dangereuse au fil des années, a été démolie pour laisser place à une vaste esplanade surplombant un petit étang qui, auparavant alimentait la distillerie en eau.
Cet espace verdoyant entouré d’arbres de plusieurs espèces abrite actuellement les chalets Liège et Fougère ainsi que Le Rucher, nom donné parce qu’à cet endroit précis existait réellement un rucher. Installé au milieu d’acacias, il produisait autrefois un excellent miel.